Initial Dex Offering (IDO) : définition et fonctionnement

Initial Dex Offering (IDO) : comment ça marche ?

Récemment, le terme IDO pour « Initial Dex Offering » est apparu dans le vocabulaire de l’écosystème crypto. En effet, l’IDO est considérée comme l’une des dernières innovations en matière de levée de fonds en cryptomonnaies.  

Lorsqu’un émetteur de jetons souhaite lancer un nouveau projet, plusieurs options s’offrent à lui : 

 L’IDO se rapproche de l’ICO en ce qu’elle correspond à une levée de fonds en cryptomonnaie par émission de token ayant pour objectif de soutenir un projet blockchain. Toutefois, contrairement à une ICO, l’IDO aboutit au listing du token sur une plateforme d’échange décentralisée (DEX). C’est la raison pour laquelle on parle d’Initial Dex Offering.

Les émetteurs de tokens et les investisseurs disposent désormais d’un nouvel outil d’investissement et de financement de projets blockchain. Toutefois, ce nouveau mode de financement via la DeFi (Decentralized finance) n’est pas sans risque. Qu’est-ce qu’une IDO concrètement ? Comment cela fonctionne ? C’est à ces questions que nous allons répondre.

Avocats en droit des cryptomonnaies, nous pouvons vous accompagner dans vos émissions de jeton par Initial Dex Offering.

Qu’est-ce qu’une Initial Dex Offering (IDO) ?

 

Initial Dex Offering (IDO) définition 

L’Initial Dex Offering (IDO) est une levée de fonds en cryptomonnaies ayant pour objet le financement d’un projet crypto sur la blockchain. Concrètement, l’entreprise va émettre un jeton qui sera échangé contre de la cryptomonnaie. La spécificité de l’IDO est que la levée de fonds aboutit au listing du jeton sur une plateforme d’échange décentralisée (DEX) et non sur une plateforme d’échange centralisée (CEX).

Il s’agit d’une offre de jetons au public mise en œuvre via la DeFi (Decentralized Finance). La bonne compréhension d’une IDO nécessite de maîtriser plusieurs concepts que nous vous expliquons ci-dessous.

 

DeFi : qu’est-ce que c’est ?

La DeFi ou finance décentralisée est une forme de finance permettant à tout un chacun d’accéder au monde de la finance sans tiers de confiance (telles que les banques dans la finance classique ou les plateformes centralisées sur le marché des cryptomonnaies). 

La DeFi permet également l’obtention de prêts via la blockchain.

 

Qu’est-ce qu’une DEX ou plateforme d’échange décentralisée ?

Les plateformes d’échanges décentralisées sont des plateformes qui permettent l’échange de cryptomonnaies directement sur la blockchain, de pair-à-pair et sans tiers de confiance

Ils se distinguent des plateformes centralisées (CEX) qui nécessitent un organe central ou un tiers de confiance. En effet, les plateformes décentralisées permettent la DeFi et la création de pools de liquidités.

 

Qu’est-ce qu’une pool de liquidité ?

Les pools de liquidité sont des réserves de jetons déposées par les utilisateurs d’une plateforme décentralisée, verrouillés dans un smart contract et utilisés pour l’échange de tokens par les utilisateurs de plateformes. Les pools de liquidité permettent de fournir les liquidités suffisantes. Ils fonctionnent par paires d’actifs cryptographiques, c’est-à-dire une paire constituée de cryptomonnaie et de stables coins. 

Exemple : un utilisateur peut déposer une paire USDT (Stablecoins) / ETH (Ether) afin que les acheteurs puissent se fournir en ETH avec de l’USDT sans passer par une plateforme centralisée. Tout est automatisé par un smart contract. 

C’est ainsi que la DeFi et ces pools de liquidité permettent d’assurer la présence continue de liquidité pour les émetteurs de token.

Quelles sont les différences entre IDO et ICO ?  

Les différences entre une ICO et une IDO sont les suivantes : 

 

Dans une ICO : 

 

  • Les ICO sont des offres de jetons au public mises en œuvre pour financer un projet blockchain en cryptomonnaie ;
  • Les ICO sont des opérations de levée de fonds en cryptomonnaies par le biais de l’émission de jetons utilitaires ;
  • La prévente des jetons est organisée sur une plateforme interne au projet qui se veut décentralisée ;
  • Le marketing et la communication sont à la charge de l’équipe ;
  • Le listing du token sur une plateforme d’échange après la phase de prévente n’est pas assurée
  • Les ICO sont réglementées par la loi PACTE du 22 mai 2019. 

 

Dans une IDO : 

 

  • Les IDO sont également des offres de jetons au public mise en oeuvre pour financer un projet blockchain en cryptomonnaie ; 
  • La prévente de jetons est organisée sur le launchpad de la plateforme décentralisée (DEX)
  • Le marketing et la communication sont partagés entre l’équipe du projet et la plateforme d’échange ;
  • Le token est listé sur la plateforme d’échange décentralisée après la phase de prévente.

Quelle est la différence entre les IDO et les STO (Security Token Offering)?

Les différences sont les suivantes :

 

Dans une STO : 

 

  • Les STO sont des levées de fonds en cryptomonnaies réalisées par le biais de l’émission de jetons ; 
  • Les jetons émis lors des STO sont des actifs financiers soumis à la législation des titres financiers. 

  

Dans une IDO : 

 

  • Les jetons émis lors d’une IDO ne sont pas des actifs financiers ; 
  • Les jetons émis lors d’une IDO seront considérés comme des utility tokens. 

Quelle est la différence entre IEO (Initial Exchange Offering) et IDO ?

Les différences sont les suivantes :

 

Dans une IEO : 

 

  • Une IEO est une levée de fonds en cryptomonnaie réalisée par émission de jetons pour le financement d’un projet blockchain ; 
  • Tout se déroule comme une ICO à la différence près que la prévente des jetons n’est pas organisée sur une plateforme interne au projet, mais par une plateforme d’échange centralisée (CEX) ;
  • Le marketing et la communication sont partagés par l’émetteur et la plateforme d’échange centralisée ; 
  • Le token est listé sur la plateforme d’échange centralisée après la phase de prévente.

 

Bon à savoir : l’IDO est une opération complètement décentralisée. Dans ce contexte, les émissions de tokens en matière de DeFi ne sont pas encadrées par les régulateurs.

 

Dans une IDO : 

 

  • Les IDO sont également des offres de jetons au public mise en oeuvre pour financer un projet blockchain en cryptomonnaie ; 
  • La prévente de jetons est organisée sur le launchpad de la plateforme décentralisée (DEX)
  • Le marketing et la communication sont partagés entre l’équipe du projet et la plateforme d’échange ;
  • Le token est listé sur la plateforme d’échange décentralisée après la phase de prévente.

Initial Dex Offering (IDO) : fonctionnement  

 

Les investisseurs devront : 

  • S’inscrire sur plateforme d’échange décentralisée ; 
  • Ouvrir un portefeuille de cryptomonnaies en déposant des fonds en monnaie fiat ou en crypto ; 
  • Se rendre sur le launchpad de la plateforme d’échange de cryptomonnaie décentralisée. 

 

Qu’est-ce qu’un launchpad IDO ? 

 Un launchpad est un « incubateur » de projet crypto sur une plateforme d’échange de cryptomonnaie décentralisée permettant d’investir dans des projets blockchain encore au stade de la recherche de financement (prévente du token).

 

Les avantages du launchpad sont les suivants :

  • Investir à moindre coup  ; 
  • Participer à des projets nouveaux ;
  • Possibilité d’obtenir une plus value sur la revente du token. 

Le launchpad est une sorte de plateforme de lancement pour un nouveau projet blockchain au sein même d’une plateforme d’échange de cryptomonnaie décentralisée.

 

Les différentes étapes à réaliser en tant qu’investisseur : 

  1. Acheter le jeton du launchpad : l’achat du jeton permettra aux investisseurs d’accéder aux projets proposés par le launchpad ou le launchpool ;
  2. Le launchpad donne le droit d’accéder (ou non) à l’IDO : il pourra s’agir d’une loterie ou d’une règle « premier arrivé premier servi » ;
  3. Une fois le droit de participer à l’IDO acquis, l’investisseur devra envoyer des fonds en cryptomonnaies dans le launchpad pour recevoir le jeton de l’IDO (pour spéculer sur sa valeur ou soutenir le projet).

 

Bon à savoir : les IDO ne sont pas sans risques pour l’investisseur, celui-ci devra choisir le bon launchpad et se renseigner sur le caractère sérieux du projet.

 

Pour les émetteurs : 

 Bien que l’IDO ne soit pas réglementée, il serait judicieux, pour l’émetteur du token, de suivre les guides de bonnes pratiques édictés par l’AMF et la réglementation en vigueur sur les ICO, à savoir notamment :

  • Rédiger un livre blanc ou white paper. Il s’agit d’une étape importante pour informer les investisseurs sur le projet. L’émetteur de l’IDO est invité à constituer un livre blanc dans lequel il pourra donner toutes les informations nécessaires sur son projet et son développement, notamment :
    • la dénomination de la société émettrice ;
    • l’équipe en charge du projet, leur identité, leur parcours, etc. ;
    • la feuille de route du projet ;
    • les étapes de l’IDO ;
    • la faisabilité technique qui se traduit par une preuve de concept (Proof of Concept) ;
    • un business plan élaboré avec les buts du projet ; 
    • un échéancier et calendrier de l’IDO avec ses différentes phases ;
    • les informations sur le token émis et l’économie du token ;
    • les droits qui sont attachés au token ; 
    • le nombre total de tokens qui sont mis en circulation ;
    • l’utilisation des fonds ;
    • les risques du projet.
  • Se rapprocher d’une plateforme d’échange de cryptomonnaie décentralisée. Le but recherché est ici le listing du token sur une plateforme afin d’en « booster » la vente sur le marché secondaire.

Quels sont les risques liés aux Initial Dex Offering (IDO) 

 

Comme pour les ICO, les IDO comportent certains risquesEn effet, ces risques s’avèrent plus accrus dans les IDO, car les jetons de l’IDO sont listés sur des plateformes d’échanges décentralisées.

On pourra citer comme risques principaux  :

  • L’absence de contrôle sur les plateformes décentralisées :  lorsqu’un émetteur choisit de lancer une cryptomonnaie ou de financer un projet innovant via une IDO, l’objectif est de rester en dehors de toute autorité centrale. Cette absence de contrôle peut amener à certains abus de marché : 
    • Le « pump and dump » qui est sûrement la manipulation de cours la plus fréquente sur le marché des cryptomonnaies et des levées de fonds. Le pump and dump est un délit de marché ayant pour objectif de manipuler le marché et de faire gonfler le cours d’un actif artificiellement par l’achat massif d’actifs afin d’attirer les investisseurs et de déclencher un effet de FOMO (Fear of Missing Out) puis de revendre leurs actifs afin d’engranger des profits ;
    • Escroquerie de sortie ou « exit scam » : l’entrepreneur s’empare du jour au lendemain de la caisse avec les fonds récoltés durant l’IDO. De manière générale également, attention aux arnaques liées aux crypto ;
  • L’absence de procédure KYC obligatoire (Know Your Customer) sur les plateformes décentralisées ;
  • L’absence d’encadrement des IDO par la législation, contrairement à l’ICO qui est encadrée par la loi PACTE du 22 mai 2019.

 

Bon à savoir : d’autres escroqueries et délits de manipulation de cours peuvent survenir sur les marchés de cryptomonnaies lors de levées de fonds par IDO. Pour autant, l’IDO reste un outil très intéressant pour les émetteurs de jetons.

Initial Dex Offering (IDO) : quelle structuration juridique ?

L’intérêt de réaliser une IDO, c’est justement de pouvoir profiter des avantages de la DeFi, et de son anonymat. Pas de tiers de confiance, pas de régulateur, tout se passe uniquement par le biais d’échange de pair-à-pair.

Toutefois, une difficulté apparaîtra au moment où les porteurs de projets voudront envoyer les cryptomonnaies obtenues sur un wallet détenu sur une plateforme d’échange centralisée (CEX). Compte tenu de l’évolution rapide de l’environnement juridico-fiscal des crypto actifs, il n’apparaît pas impossible que les CEX communiqueront, à terme, avec l’administration fiscale dans le cadre de demandes d’information. Et c’est ici que la problématique de la taxation de ces revenus pourra se poser puisque l’administration fiscale sera susceptible de vous interroger sur la provenance des fonds et procéder à un contrôle et/ou redressement fiscal. Or, afin d’éviter une taxation lourde de ces revenus, il semble judicieux d’anticiper cela par un montage juridique et fiscal optimisé.

Dans ce contexte, notre conseil est le suivant :

  • Si dans le cadre d’une IDO, les fonds transitent par un wallet enregistré sur un CEX, il conviendrait de vous structurer en société et d’optimiser la fiscalité applicable à l’opération. Notre cabinet est en mesure de vous accompagner dans la structuration juridique et fiscale de votre IDO.

Mise en ligne : 4 mars 2022

Rédacteur : Thibault LABIRE, Diplômé du Master 2 Droit privé et public des affaires de l’Université Panthéon Assas Paris II. Sous la direction de Maître Elias BOURRAN, Avocat au Barreau de Paris et Docteur en Droit.

Vous avez besoin de conseils ?